Branche exécutive

Le terme « branche exécutive » désigne la branche du gouvernement américain responsable de l’application des lois du pays. Par exemple, le pouvoir exécutif se compose du Président, du vice-président et du cabinet du président. Si le président est incapable de poursuivre ses tâches quotidiennes pour quelque raison que ce soit, telle qu’une incapacité mentale, une destitution ou un assassinat, le vice-président doit assumer la responsabilité. Pour explorer ce concept, considérez la définition suivante du pouvoir exécutif.

Définition du pouvoir exécutif

Nom

  1. La branche du gouvernement américain qui applique les lois du pays.

Origine

Qu’est-ce que le Pouvoir exécutif?

Le sens du pouvoir exécutif fait référence à l’une des branches du gouvernement des États-Unis. Plus précisément, le pouvoir exécutif est responsable de l’adoption des projets de loi créés par le Congrès, les transformant en loi. Le pouvoir exécutif, tout comme les autres branches du gouvernement, est soumis au système des freins et contrepoids. Les freins et contrepoids font en sorte qu’aucune branche du gouvernement ne devienne plus puissante que les autres branches.

Chef du pouvoir exécutif

Le président des États-Unis est le chef du pouvoir exécutif. En tant que chef du pouvoir exécutif, le président peut effectuer un maximum de deux mandats de quatre ans. Le président Franklin D. Roosevelt est le seul président de l’histoire des États-Unis à avoir effectué plus de deux mandats. Six ans après la mort de Roosevelt, au cours de son quatrième mandat de président, le Congrès a ratifié le 22e amendement à la Constitution, modifiant la limite du mandat présidentiel à deux mandats maximum.

Le chef du pouvoir exécutif est responsable de la signature de la loi adoptée par le Congrès. Le président a le droit d’opposer son veto à un projet de loi adopté par le Congrès et avec lequel il n’est pas d’accord, mais le Congrès peut toujours faire du projet de loi une loi avec un vote majoritaire. Le président agit également en tant que commandant supérieur de l’armée du pays, et il est responsable de la promotion de la diplomatie entre les États-Unis et d’autres pays.

Exemples de pouvoirs du Pouvoir exécutif

Les exemples de pouvoir du pouvoir exécutif incluent l’autorité détenue par le Président, le Vice-Président et le cabinet du Président. Certains de ces exemples de pouvoir du pouvoir exécutif incluent la capacité de nommer des personnes à certains postes gouvernementaux et le pouvoir de nommer des juges fédéraux à la Cour suprême des États-Unis.

Un autre de ces exemples de pouvoir du pouvoir exécutif est l’autorité d’accorder un pardon, ou pardon, à un individu accusé d’avoir commis un crime. Ce pouvoir ne s’étend toutefois qu’aux crimes fédéraux. Le président n’a pas le pouvoir de gracier les crimes d’État.

Freins et contrepoids

Le système de freins et contrepoids garantit qu’aucune branche du gouvernement ne devient trop puissante. Le fonctionnement des freins et contrepoids implique que les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire du gouvernement partagent tous le pouvoir gouvernemental.

Par exemple, le Congrès, par le biais du système de freins et contrepoids, contrôle l’argent qui finance les actions que le pouvoir exécutif veut entreprendre. Ainsi, si le Congrès refuse de financer une action, le pouvoir exécutif ne peut pas l’exécuter.

Le président a également le pouvoir d’opposer son veto à un projet de loi, l’empêchant de devenir une loi. Cependant, le Congrès a le pouvoir de passer outre le veto du président avec un vote à la super majorité. Ceci est un exemple de contrôle du pouvoir exécutif contrôlé par le système de freins et contrepoids.

Devoirs du Pouvoir exécutif

Les devoirs du pouvoir exécutif concernent principalement l’application des lois du pays. Par exemple, l’une des tâches du pouvoir exécutif est de commander et de superviser l’armée américaine. Une autre des fonctions du pouvoir exécutif est spécifique au Vice-président: il agit en tant que Président du Sénat et émet le vote décisif en cas d’égalité.

Exemple de Branche exécutive Impliquant des aciéries

Un exemple de branche exécutive se retrouvant empêtrée dans une affaire judiciaire s’est produit dans l’affaire de Youngstown Sheet & Tube Co. v. Sawyer (1952). Ici, le président Truman a publié un décret en avril 1952 ordonnant à Charles Sawyer, le secrétaire au Commerce, de reprendre la majorité des aciéries du pays.

Truman exécuta cet ordre pour contrecarrer une grève majeure attendue des Métallurgistes unis d’Amérique. La grève, croyait Truman, mettrait en péril la défense nationale du pays.

Le problème était que Truman ne s’appuyait pas sur la loi pour rendre cet ordre, seulement sur ses pouvoirs de président. Truman rapporta son ordre au Congrès, mais le Congrès ne fit rien. C’était parce que le Congrès avait précédemment proposé des alternatives que Truman n’avait pas prises. En fin de compte, les entreprises sidérurgiques ont poursuivi Sawyer devant le Tribunal fédéral de district, demandant une injonction.

Décision et appel

Le Tribunal de district a rendu l’injonction, et la Cour d’appel l’a suspendue. L’affaire a ensuite fait son chemin jusqu’aux États-Unis. Cour suprême, qui devait décider si la Constitution accordait au Président le pouvoir de saisir et de reprendre les aciéries. En fin de compte, la Cour a statué que non, le président n’avait pas un tel pouvoir et qu’il avait outrepassé son autorité en émettant une telle ordonnance.

A déclaré la Cour:

« L’ordre du Président n’ordonne pas qu’une politique du Congrès soit exécutée d’une manière prescrite par le Congrès — il ordonne qu’une politique présidentielle soit exécutée d’une manière prescrite par le Président. Le préambule de l’ordre lui-même, comme celui de nombreuses lois, expose les raisons pour lesquelles le Président estime que certaines politiques devraient être adoptées, proclame ces politiques comme des règles de conduite à suivre et, à la manière d’une loi, autorise un fonctionnaire du gouvernement à promulguer des règles et règlements supplémentaires compatibles avec la politique proclamée et nécessaires à sa mise en œuvre.

Le pouvoir du Congrès d’adopter des politiques publiques telles que celles proclamées par l’ordre ne fait aucun doute. Il peut autoriser la prise de propriété privée pour un usage public. Il peut faire des lois réglementant les relations entre employeurs et employés, prescrire des règles destinées à régler les conflits de travail et fixer les salaires et les conditions de travail dans certains domaines de notre économie. La Constitution ne soumet pas ce pouvoir législatif du Congrès à la supervision ou au contrôle présidentiel ou militaire.

On dit que d’autres présidents, sans autorité du congrès, ont pris possession d’entreprises privées pour régler des conflits de travail. Mais même si cela est vrai, le Congrès n’a pas ainsi perdu son autorité constitutionnelle exclusive de faire des lois nécessaires et appropriées pour exercer les pouvoirs conférés par la Constitution  » au gouvernement des États-Unis, ou à tout Département ou officier de celui-ci. »

Les Fondateurs de cette Nation ont confié le pouvoir législatif au seul Congrès dans les bons et les mauvais moments. Il ne servirait à rien de rappeler les événements historiques, les craintes du pouvoir et les espoirs de liberté qui sous-tendent leur choix. Un tel examen ne ferait que confirmer notre conviction que cette ordonnance de saisie ne peut être maintenue. »

Termes et questions juridiques connexes

  • Impeachment – Une accusation d’inconduite contre une personne qui occupe une charge publique, comme le président des États-Unis.
  • Injonction – Ordonnance d’un tribunal empêchant une personne ou une entité de commencer ou de poursuivre une action.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.