Ligue des étudiants Homophiles à Earl Hall, Université de Columbia

Histoire

En 1966, l’Université de Columbia est devenue la première institution collégiale aux États-Unis, et peut-être la première au monde, avec un groupe d’étudiants LGBT. À l’automne de la même année, Robert Martin, étudiant en deuxième année bisexuelle (sous le pseudonyme de Stephen Donaldson), a fondé la Student Homophile League (SHL) à la suite d’une réunion avec des représentants de Columbia et de Barnard, des conseillers religieux et deux des leaders nationaux les plus importants pour les droits des gays et des lesbiennes, Frank Kameny et Barbara Gittings.

Le petit groupe d’étudiants a eu le soutien de l’aumônier de l’université et a ainsi gagné de l’espace à Earl Hall, le centre de la vie religieuse étudiante. L’université a officiellement reconnu le groupe en avril 1967 avec la stipulation qu’il n’organisait pas d’événements sociaux. Un article de première page ultérieur dans le New York Times a provoqué l’indignation de centaines d’anciens élèves et des éditoriaux négatifs dans de nombreux journaux; un ancien a écrit « La tolérance a ses limites. Laissez les pensées aller ailleurs. »La SHL a parrainé des conférences, a organisé des « sessions de rap » sur l’homosexualité dans les dortoirs et a plaidé pour l’acceptation des homosexuels dans la société en général, en mettant l’accent sur la fin de la discrimination dans la communauté militaire et psychiatrique.

En 1970, le groupe d’étudiants gays de Columbia était devenu le plus militant des Homosexuels de Columbia (également connu sous le nom de Gays de Columbia-Barnard), qui cherchait à « présenter une vision aussi complète que possible de l’expérience gay contemporaine: socialement, éducationnellement et politiquement. »Son activité la plus populaire était les danses mensuelles du vendredi soir, à partir de 1970, organisées dans l’auditorium au troisième étage d’Earl Hall, qui accueillait toute la communauté gay et lesbienne de New York. Les danses ont atteint leur apogée dans les années 1980 et étaient particulièrement populaires auprès de ceux qui appréciaient l’atmosphère détendue qui contrastait avec les clubs et les bars du centre-ville. Le groupe existe toujours sous le nom de Columbia Queer Alliance (CQA) et organise des événements de danse « First Friday » à Alfred Lerner Hall.

En 1971, des étudiants gays, dirigés par Morty Manford (plus tard le chef de l’Alliance des militants gays et fils de Jeanne Manford, fondatrice de PFLAG), ont demandé un espace pour un salon gay. Bien que l’université lui ait refusé l’autorisation, le groupe a pris possession d’un espace inutilisé au sous-sol du dortoir de Furnald Hall. Le salon a finalement été reconnu par l’université et l’espace est toujours utilisé, maintenant connu sous le nom de Stephen Donaldson Queer Lounge.

En mars 2018, le Projet de sites historiques LGBT de New York a nommé Earl Hall au Registre national des Lieux historiques, après son inscription au Registre de l’État de New York en janvier 2018. La nomination est disponible dans la section  » En savoir plus  » ci-dessous.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.